L’écran Delta Green


Le monde se meurt, déchiré par les ambitions malsaines d’une Humanité déviante. Le Delta Green saura-t-il opposer une quelconque résistance à l’heure où tout semble déjà joué ?

Boss : « le mec il veut se tirer une balle !! » Ninja, se bouche le nez : « je gombrends barfaitement bourguoi... »

Boss : « le mec il veut se tirer une balle !! »
Ninja, se bouche le nez : « je gombrends barfaitement bourguoi… »

Le paravent produit par l’éditeur tient en trois volets et au format italien. Il présente bien, arbore une belle ambiance… cependant un poil trop sombre à l’impression. L’illustration, elle, reste de haute qualité.

 

Les informations délivrées du côté du meneur assurent leur rôle : statistiques des PNJ, Santé, Chocs psychologiques, Niveaux d’adversité, Combats, etc. Sans grande surprise donc, c’est net, efficace. Le sujet sur lequel je suis moins convaincu concerne le supplément de l’écran.

Ninja : « c'est malin d'avoir mis des bouteilles devant une fenêtre qui s'ouvre de l'intérieur... »

Ninja : « c’est malin d’avoir mis des bouteilles devant une fenêtre qui s’ouvre de l’intérieur… »

Pour jouer
Le livret propose un scénario soi-disant d’initiation, avec des personnages préconçus. Sachant l’excitation ressentie à l’assimilation du livre de base, j’espérais dénicher avec l’écran quelque chose d’un nouveau calibre. Ce fut en quelque sorte le cas. Des enjeux majeurs… pour des PJ débutants (?!). On ne voit pas d’entrée en matière délicieusement mesurée, mais une aventure axée sur l’action. En mauvaise langue, je dirai que j’ai un étrange sentiment de proximité avec mission First Contact : X-Corps. Je m’attendais presque à voir surgir une troupe de choc envoyée par Global Defense. Tandis qu’à l’origine, les deux partaient d’un postulat différent.

Boss : « le scénar parle de baston, de casino et d'alien à poil ? » Ninja : « oué, c'est Sin City en fait !  » Boss : « ... »

Boss : « le scénar parle de baston, de casino et d’alien à poil ? »
Ninja : « oué, c’est Sin City en fait ! »
Boss : « … »

CONCLUSION_SHAK
Prudence, il ne faut pas se méprendre : la structure scénaristique tient le bon bout et le tout reste jouable en une soirée. La conspiration se montre malgré tout sous un jour violent, ce qui ne m’apparaît pas pertinent au vu du potentiel machiavélique que représente Delta Green.

Je regrette cela et je comprends la volonté de montrer cet autre visage du jeu. Reste que ce scénario me semble davantage propice à du one-shot, à moins de fournir un travail d’adaptation de la part du meneur, sur la mise en scène et l’implication des investigateurs – non pas les prétirés, mais ceux créés et intégrés par les joueurs. Un matériel destiné à un meneur initié donc.

Ninja : « Je savais qu'il y avait un plan derrière tout ça ! »

Ninja : « C’était donc ça ! Il y avait un plan derrière ! »

 

 

déçu contrarié indécis satisfait ravi passionné extatique
+ Un scénario épique
+ Une quantité de matériel vertigineuse
 De manière inattendue, quelque peu bourrin
+ / – En one-shot plutôt
Univers : L’Appel de Cthulhu / Delta Green
Thèmes : action, occulte, contemporain
Matériel : noir et blanc, A4, 20 pages et un écran 3 volets A4 format italien
VO (Américaine) : Pagan Publishing
VF : Sans-Détour
Auteurs : Dennis Detwiller et Adam Scott Glancy

 

 

 

Share Button

Laissez un commentaire