L’écran COPS


J’aime bien la Californie parce que c’est la fin du monde.
Leonard Cohen

Critique par Tristan Blind

Boss : « Mais c'est Kim !! »

Boss : « Mais c’est Kim !! »

Un écran en quatre volets et en carton épais, pensé pour mettre le MJ à l’abri des balles perdues. Du solide. Côté Joueurs, on trouve une illustration sympathique et dans le ton du jeu. Côté MJ, le nécessaire pour jouer de façon fluide, même s’il peut arriver que le meneur ait tout de même à se référer au livre de base pour retrouver certaines précisions et certaines petites règles. L’essentiel et le plus souvent utilisé sont bien là.

Boss : « Bordel de merde ils ont oublié un accent sur le mot sécurité !!! »

Boss : « Bordel de merde ils ont oublié un accent sur le mot sécurité !!! »

Découvrir le supplément de jeu
Le livret de 32 pages qui accompagne l’écran s’ouvre sur un scénario. Dans l’intro, on lit qu’il est accessible aux débutants, je vous mets donc en garde à ce sujet : certes il n’a rien qui sorte vraiment de l’ordinaire, mais c’est un sacré morceau. Même des joueurs aguerris rencontreront des obstacles de taille, car il n’est pas facile. Cet avertissement donné, il s’agit d’un scénario plutôt orienté enquête et assez bon. Les PJ trouvent des libertés, en particulier dans son dénouement, ce qui est très agréable. De plus, il introduit un adversaire important aux personnages : le SAD, la police des polices.

Deux Ninjas qui font un massage à un supplément de jeu de rôle

Deux Ninjas qui font un massage à un supplément de jeu de rôle

On note au passage que le scénario est présenté jour par jour. Chaque chapitre introduit par ailleurs un « radio flash », un petit texte à lire aux joueurs (avec le ton d’un DJ sous coke) et qui donne des infos souvent sans rapport avec l’affaire – mais permet de faire vivre L.A. d’une très belle manière.

Un pompier qui hurle sur un journaliste de filmer un Ninja percé à jour

Un pompier qui hurle sur un journaliste de filmer un Ninja percé à jour

La suite du livret propose une table de tirages aléatoires de 10-18. Si elle est très amusante, elle n’est pas vraiment utilisable en cours de partie à moins que vous n’ayez de bons talents d’improvisateurs car chacune de ces interventions ne sont décrites qu’en une ligne.
Un petit point précis sur la procédure judiciaire. Les différents intervenants et ce qu’un flic est supposé faire pour bien respecter le règlement viennent ensuite. Vous pouvez le faire lire à vos joueurs. Mais soyons honnêtes, il y a peu de chances qu’ils se rappellent de tous les détails, d’ailleurs ce n’est pas très grave.
Enfin, les annexes décrivent en quelques mots, les intentions des auteurs vis-à-vis du jeu, ce qui est instructif sans être trépidant. Une fiche de PNJ et des mandats d’arrêts et de perquisition vierge, pour l’ambiance, concluent le livret.

Un Boss Ninja à l'enterrement d'une de ses victimes - on n'emmerde pas les Ninjas

Un Boss Ninja à l’enterrement d’une de ses victimes – on n’emmerde pas les Ninjas

CONCLUSION_SHAK
L’écran d’un jeu est souvent un indispensable et pour COPS, qui contient tout de même pas mal de règles à retenir, il ne déroge pas à la règle. Il est beau, solide et bien pensé, le scénario est bon – quoique difficile pour des débutants. On a là du matériel concret. Pour le bonus ? La table des 10-18, à savoir une bonne aide pour préparer ses scénarios.

Un Boss Ninja qui ne comprend pas (la victime non plus, mais bon)

Un Boss Ninja qui ne comprend pas (la victime non plus, mais bon)

Que demander de plus ? La suite de la gamme…

 

Lectrice, lecteur. Vous souhaitez une critique de la suite de la gamme ? Signalez-le en commentaire.

 

déçu contrarié indécis satisfait ravi passionné extatique
L’écran qui va bien
+ Les « radio flash », direct dans l’ambiance !
Scénario un peu difficile pour des débutants
Univers : COPS
Thèmes : mission, enquête, Expendables
Matériel : écran 4 volets rigides A4 en couleur recto & verso, livret de 32 pages
VO (française) : Oriflam
Auteurs :  Benoît Attinost, Nicolas Benoist, Croc, Guillaume Delafosse, Olivier Noël, Geoffrey Picard

 

 

Share Button

Laissez un commentaire