Le Manuel de l’investigateur V7


Dans les Années 20, il reste tout à découvrir de notre monde. Vous incarnez un investigateur, oscillant entre mystères occultes et désespoir plongée dans une Humanité ignorante. Que ferez-vous une fois des savoirs impies en votre possession ?

Une critique exclusive de SciFi Universe, par Vincent

 

Introduction in media res
Deuxième partie du tryptique de base de L’Appel de Cthulhu 7ème édition (avec le Manuel du Gardien et le Malleus Monstrorum), Le Manuel de l’Investigateur n’est pas la réédition de l’excellent supplément éponyme de la sixième édition mais bien un ouvrage totalement inédit. Il s’agit ici d’un Livre de base version joueurs contenant des informations – tant sur l’univers du jeu que sur le système de règles – pouvant être intégralement lues par l’ensemble des participants à une table de jeu. On va y découvrir tout ce qui va concerner directement les personnages :

  • processus de création agrémenté et complété,
  • dynamique de groupe,
  • description du contexte historique,
  • conseils de jeu,

 

 

Concrètement
On trouve deux grands types d’informations dans ces quelques trois cent pages. Certaines reprennent et complètent des éléments d’ores et déjà détaillés dans Le Manuel du Gardien (tout ce qui touche à la création de personnage notamment, et qui représente globalement un gros tiers du livre) là où d’autres sont spécifiques à cet ouvrage (conseils, background). On touche ici directement à la grande faiblesse de ce supplément, à savoir le fractionnement des informations entre le Manuel de l’Investigateur et le Manuel du Gardien, entre des parties qui sont quasiment reprises identiques (toute l’introduction), des chapitres qui ont vocation à compléter les données du Manuel du Gardien (les occupations et les compétences) et du matériel inédit (une nouvelle de Lovecraft, description du quotidien des investigateurs).

 

 

L’effet « Gamme »
Il faut bien avouer qu’on a souvent du mal à comprendre la répartition de ces informations entre les deux livres. La nouvelle de Lovecraft n’est-elle finalement pas plus utile au meneur de jeu qu’à ses joueurs ? Pour les mêmes raisons, la description des années 20 n’aurait-elle finalement pas eu vocation à être intégrées au Manuel du Gardien ? N’aurait-il pas été plus pertinent de regrouper tout ce qui a trait à la création de personnage dans un seul et même ouvrage plutôt que de diviser les informations ? En l’état, on est souvent obligé de sauter d’un livre à l’autre pour trouver ce que l’on cherche, et les parties redondantes avec celles du Manuel du Gardien s’avèrent nombreuses (parfois reprises quasiment à l’identique, à l’image de l’introduction du supplément).

 

Mais ces défauts sont consécutifs d’une qualité de cette septième édition : ce Manuel de l’Investigateur est complètement optionnel. Ce parti-pris de ne pas forcer la main des acheteurs, très honnête, a donc clairement rendu le travail éditorial compliqué. Ainsi, il était difficile de diviser les informations de façon juste, claire et cohérente entre le Manuel du Gardien et le Manuel de l’Investigateur et le sans rendre l’achat des deux ouvrages obligatoire. Le résultat final s’en ressent fortement, car si les éléments présentés dans ce dernier sont certes optionnels, ils s’avèrent dans les fait souvent pertinents (la nouvelle de Lovecraft, tout ce qui touche au concept de groupe ou aux techniques d’investigation…), au point que l’on finit par se dire que ne pas les utiliser serait amputer le jeu d’une partie de son potentiel.

 

Le parallèle
La chose est d’autant plus dommage que le Manuel du Gardien souffre quant à lui de chapitres désuets et peu intéressants (voir la critique de l’ouvrage ICI). En poussant un peu plus loin le toilettage du jeu, en retirant définitivement les chapitres inutiles (tout ce qui touche à la magie, aux artefacts, aux caractéristiques des divinités), il aurait probablement été possible de tout compiler l’essentiel en un seul et même livre d’une qualité nettement supérieure à cette division en diptyque, et donc d’effacer ce sentiment peu agréable de redondance et de fractionnement des informations. La chose est d’autant plus vraie que le Manuel de l’Investigateur bénéficie de qualités indéniables qui rendent son achat quasiment indispensable.

 

 

Pêle-mêle, on va donc trouver dans ces quelques trois cent pages l’intégralité de L’Abomination de Dunwich (nouvelle qui, bien que moins pertinente d’un point de vue ludique que L’Appel de Cthulhu, demeure l’un des écrits majeurs de l’écrivain), des conseils pour les joueurs (s’intéressant autant à l’interprétation qu’à la gestion des parties), des informations sur les techniques d’enquête (fournissant une première base pour commencer les investigations), des annexes à l’utilité discutable (suffisamment variées pour que chacun y trouve son compte : prix, armes, temps de trajets…), une description à la fois complète et synthétique du contexte historique des années 20 ainsi que la phase création de personnage détaillée et mise en contexte. On ajoutera que, comme d’habitude, le travail éditorial des Editions Sans Détour (maquette, photos d’époques, illustrations originales) apporte au livre un vrai gros plus en terme d’ambiance et d’immersion.

 

 

CONCLUSION_SHAK

Le Manuel de l’Investigateur s’impose comme un excellent complément au Manuel du Gardien, tellement d’ailleurs qu’on aurait aimé que son achat soit obligatoire pour lui assurer une cohérence éditoriale. Il n’en est cependant rien et, au final, les économies réalisées font souffrir ce livre de quelques faiblesses structurelles qui, rétrospectivement, font quelque peu revoir le jugement porté sur le Manuel du Gardien. Mais ne boudons pas notre plaisir, car si la forme est critiquable, le fond reste quant à lui très qualitatif, plein de bonnes idées et de conseils pertinents.

 


JE VEUX CE JEU MAINTENANT
déçu contrarié indécis satisfait ravi passionné extatique
+ Des ajouts au Manuel du Gardien pertinents
+ Le retour d’une nouvelle de Lovecraft en introduction
+ Les conseils aux joueurs
+ Un vrai travail éditorial sur la VF
– La division des informations avec le Manuel du Gardien

Univers : L’Appel de Cthulhu
Thèmes : enquête, occulte, 1920
Matériel : 272 pages A4 16 pages couleur, couverture rigide
VO : Chaosium
VF : Sans-Détour (traduction et création)
Auteurs : Dean Engelhardt, Paul Fricker, Dan Kramer, H.P. Lovecraft, Mike Mason, Joe Schillizzi
Share Button

Laissez un commentaire