Édito novembre 2015 10


Cher ninja

 

J’ai changé, je crois.

Oui. Certes le blog évolue, de nouvelles têtes me rejoignent, des objectifs s’élèvent, notamment grâce aux éditeurs qui soutiennent la Réussite Critique. Sauf que.

La réalité dépasse la fiction. J’ai donc changé. J’imagine. Notamment suite aux tragiques événements survenus à Paris, j’ai réagi de manière inattendue. Il y a encore une semaine, jamais ces mots ne me seraient venus à l’esprit : j’ai hésité sur la parution d’un article. L’incertitude a duré, quoi, dix minutes. Un temps insignifiant. Néanmoins envolé.

Je me revois samedi, à 3H du matin, au téléphone avec Tristan, en train de lui dire. « Alors mec, tu le vis comment de produire la critique d’un JDR sur les flics, juste après les attentats ? »

Une question lâchée, sans ironie, ni sarcasme, encore moins avec de l’humour. Une réelle interrogation. Naïve et dénuée de vision. L’ordi tournait en fond et les réseaux sociaux rebouclaient à chaud. On m’a imposé une inconnue dans mon équation. Je me suis simplement demandé si, il y avait un tort à diffuser la critique d’un JDR traitant de la police. Comme si j’outrepassais une morale ou manquais de respect. Une forme de honte. Le choc. Quelle belle connerie.

Je me suis fait avoir. Heureusement, ça n’a pas duré. Hors de question de m’arrêter ou de revoir la copie. Mon cœur bat pour ce monde qui marche sur la tête. Il est juste temps d’aller plus vite, de faire mieux. Ou les deux.

Parce qu’il le faut.

 

 

Annonces importantes concernant la plateforme, à venir, le mardi 17.11.

 

 

 

 

 

Share Button

Laissez un commentaire

10 commentaires sur “Édito novembre 2015

  • O-Ren
    O-Ren

    Je pense que si critiquer un JDR sur les flics devait être un problème, c’est qu’il y aurait un encore plus gros problème sous-jacent dans nos rapports à l’actualité, aux libertés et au respect. Manifester de l’esprit critique, ça me semble vital… surtout dans le contexte. Et quand en plus, on est capable de faire son auto-critique, à 3h du mat’, à chaud… la démarche a l’air saine, honnête et engageante. Merci, donc (à Tristan aussi, évidemment).

  • Tristan

    C’est vrai qu’il y a eu un instant de flottement, malgré tout. On avait le nez dans ce qui était en train d’arriver et quand Mahyar m’a posé cette question (vraiment comme ça, en plus), ça m’a fait un drôle d’effet, j’y avais pas pensé.
    En fait, heureusement qu’on était en train de discuter. C’est en échangeant qu’on s’est vite dit que bon, ça va, faut pas qu’on se bloque. Mais si j’avais été seul devant mon article à ce moment-là (je l’avais écrit dans les jours précédents), j’aurais certainement eu plus de difficultés à faire la part des choses.

  • Gryf
    Gryf

    Je comprends. Mais c’est un peu un mal pour un bien car de ce fait, tu as été « éjecté » de la surréaction et de toutes les conneries qu’on peut lire en masse sur les réseaux sociaux. En tout cas, j’espère que tu vas bien parce que j’aime pas te voir comme ça ; ça me fais bobo dans mon cœur.
    Et surtout, n’hésite pas ! Avance, crée, n’ai pas peur ! Quel plaisir j’aurai à te doubler un jour en tant que MJ charismatique et puissant si tu n’es pas au mieux de ta forme ? J’ai besoin de mon modèle pour avancer, quitte à te pousser pour que tu bouges !

  • Rust

    Ce genre d’événement pose effectivement des questions sur certaines choses (comment pourrait-il en être autrement ?). Pour autant, l’article allait-il être publié avant cette sinistre soirée ? Oui ? Alors zou, allez-y. On se laisse pas abattre, on continue sur le volet liberté.

    De toutes façons, tu n’aurais pas publié, la communauté aurait compris. Tu as publié, la communauté comprend. Ca signifie bien que, au delà du sujet (qui selon moi, bien qu’étant « lié » aux événements, ne sont pas malvenus), tes lecteurs ont confiance en ton intention.